IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le langage Python fête ses 30 ans d'existence avec une adoption toujours plus forte au sein des développeurs
Ce succès serait dû à son caractère facile à apprendre et utilisable pour divers projets

Le , par Olivier Famien

36PARTAGES

17  0 
Le 20 février dernier, le langage de programmation Python a fêté ses 30 années d’existence. Python, qui n’est plus à présenter, est un langage de programmation open source interprété, multiparadigme et multiplateforme. Il est doté d’un typage dynamique fort, d’une gestion automatique de la mémoire et d’un système de gestion des exceptions. Annoncé dans sa première version le 20 février 1991, il a été créé par Guido van Rossum qui a défini les orientations du langage en tant que Benevolent Dictator for Life (« ;dictateur bienveillant à vie ;») jusqu’en juillet 2018 où il abandonna ses charges pour prendre sa retraite.

Actuellement, le langage est géré par le conseil de pilotage (Python Steering Council), qui se compose de cinq personnes, à savoir Barry Warsaw, Brett Cannon, Carol Willing, Pablo Galindo Salgado et Thomas Wouters. Ces personnes, qui occupent cette charge pendant la durée de la sortie d’une version, la plus récente étant Python 3.9.0 sorti en octobre dernier, sont chargées de superviser les modifications techniques apportées à Python et gèrent le processus de gouvernance communautaire — un processus basé sur des propositions d’amélioration de Python (PEP). Ils coordonnent également les contributions de plus de 90 développeurs actifs et d’autres membres de la communauté Python.

Pour ces 30 ans d’existence, c’est l’occasion pour la communauté Python de faire un bilan des années passées qui ont permis au langage de programmation de connaître le succès qu’il a aujourd’hui. En effet, pour ce mois de février, l’indice Tiobe qui est un indicateur de popularité des langages de programmation positionne Python à la troisième place, tandis que l’indice PYPL, qui répertorie également les langages de programmation les plus populaires en s’appuyant sur Google Trends, classe le langage à la première place. Ce classement semble s’accorder avec les données du terrain, car Python est utilisé depuis plusieurs années par les grands noms de l’industrie technologique comme Google, Facebook, Instagram, Spotify, PayPal, Netflix, Dropbox, Reddit et bien d’autres encore. Sur cette base, l’on peut affirmer sans se tromper que Python occupe une place de choix dans la communauté des développeurs et a également de beaux jours devant lui.


Quelques atouts qui ont fait le succès de Python

Pour parvenir à un tel niveau d’adoption mondiale, le langage a su montrer au fil des années des atouts qui lui ont permis de convaincre les plus sceptiques. Selon Armin Ronacher, directeur de l’ingénierie chez Sentry et également contributeur du projet Python, un des premiers atouts de Python est sa facilité à apprendre et à « ;hacker ;». Selon ce dernier, cette possibilité de l’utiliser au-delà de ses fonctions premières en étendant ses fonctionnalités est une des caractéristiques qui a également permis à des développeurs d’autres domaines d’activités de s’attacher à ce langage. Ainsi, des bibliothèques comme SciPy, Pandas, Keras, NumPy, etc. ont été construites avec ce langage, ce qui a permis d’attirer de nombreux développeurs du monde scientifique. D’autres bibliothèques standard sont également disponibles pour le traitement du langage naturel et l’apprentissage automatique.

En plus d’être facile à apprendre, Ronacher souligne qu’il est également facile à manipuler avec son runtime qui serait relativement simple. Ainsi, l’usage dans les environnements de production ne serait pas sujet à des comportements imprévisibles. En outre, même lorsqu’il survient des bogues, il serait facile de comprendre l’origine du problème et de le régler.

Un des avantages qui facilite grandement la tâche aux développeurs et a fait de Python ce qu’il est aujourd’hui est le fait d’être un langage de haut niveau, ce qui permet aux développeurs de comprendre facilement le code qu’ils écrivent puisqu’il se rapproche grandement du langage parlé. Ainsi, les développeurs peuvent se concentrer sur l’avancement de leurs projets et non sur le fonctionnement du code dans le système hôte. Un autre avantage offert par Python est le fait d’être multiplateforme. En effet, que ce soit pour développer des projets pour des systèmes comme Windows, GNU/Linux, macOS ou encore pour les systèmes mobiles comme iOS et Android, Python offre des outils de haut niveau qui peuvent être utilisés sur toutes ces plateformes pourvu que l’interpréteur Python soit installé sur les différentes plateformes.


En sus, une des forces du langage Python est son support communautaire qui est assez fourni avec des didacticiels, des guides, de la documentation, etc. En plus de ces outils, le langage dispose également d’une communauté assez vaste qui pourra toujours apporter son aide au développeur qui en a besoin. Pour encadrer tout cela, depuis mars 2001, la Python Software Founbdation (PSF) s’emploie à promouvoir, protéger et faire progresser le langage de programmation Python, ainsi qu’à soutenir et faciliter la croissance de la communauté de programmeurs Python. Avec tous ces avantages, le langage Python a su assurer une croissance persistante au fil des années pour se hisser parmi les langages de programmation les plus populaires au monde.

Toutefois, il n’y a pas que des avantages avec le langage Python. Beaucoup de choses restent encore à faire.

Quelques points qui restent à améliorer

Selon Ronacher, en dépit de la courbe d’apprentissage assez courte pour les développeurs qui tentent l’aventure avec le langage, Python regorgerait de nombreuses fonctionnalités mal foutues comme le système d’E/S asynchrone, le fonctionnement du support de saisie et la nouvelle déclaration de correspondance qui rendent parfois le langage difficile à maîtriser dans ses détails. Comme autre exemple de fonctionnalités mal implémentées, Ronacher cite la mauvaise gestion de l’Unicode en mémoire.


À ces défauts, Ronacher ajoute également que le gestionnaire de paquets qui devrait permettre de télécharger, installer et gérer les bibliothèques Python à l’instar de Cargo pour Rust est absent depuis des années. Pour régler ce problème de gestion des paquets, la Python Software Foundation a dégagé 407 ;000 dollars en 2019 pour soutenir les travaux du groupe de travail consacré à cette tâche.

Toujours pour améliorer Python, Ewa Jodlowska, la directrice de la PSF, avait annoncé que cette année que l’objectif de la PSF était d’embaucher un développeur à temps plein qui se chargerait de résoudre des problèmes persistants. Ce souhait est maintenant exaucé, car récemment, Google a annoncé son intention de faire un don de plus de 350 ;000 dollars à la PSF pour soutenir trois projets PSF spécifiques, en mettant l’accent sur l’amélioration de la sécurité de la chaîne d’approvisionnement de l’écosystème Python. Ces projets incluent la détection de malwares en production pour PyPI, les améliorations des outils et services Python fondamentaux, et l’embauche d’un développeur CPython pour 2021, qui travaillera à plein temps pour déterminer ce qui doit être prioritaire grâce à des mesures analytiques, ainsi que pour aider CPython à comprendre comment le backlog peut être traité. Le développeur sera également responsable du sondage des mainteneurs pour peindre un meilleur paysage de CPython. Ce paysage sera utilisé pour s’assurer que le financement futur et les heures de bénévolat soient utilisés de manière efficace et efficiente.

Source : Python

Et vous ?

Quels commentaires faites-vous de ces 30 années d’existence de Python ;?

Comment envisagez-vous l’avenir de Python ;?

Quelles sont les meilleures ou les pires anecdotes que vous avez eues avec Python ;?

Voir aussi

Python Software Foundation annonce qu’elle mettra fin au support de Python 2 à partir du 1er janvier 2020, et prévient qu’elle n’apportera plus son aide pour tout problème rencontré après cette date
Python et C++ sont les langages qui ont connu la plus forte croissance de popularité sur l’année 2020, selon les statistiques de l’index TIOBE
Google devient le plus gros sponsor de la communauté Python, comment seront utilisés les fonds que va investir le géant de la technologie ;?
Le conseil de direction de Python a accepté d’ajouter la correspondance de motifs au langage, notamment les PEP 634, 635 et 636

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jeff_67
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/02/2021 à 9:10
Pas vraiment un défaut du langage en lui-même, mais il est très difficile de générer des exécutables standalone avec l'implémentation CPython dès lors qu'il faut embarquer certains paquets lourds.
2  0 
Avatar de GLDavid
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/02/2021 à 9:07
Bonjour

Très belle progression en effet de Python. Langage clair, qui incite à une présentation rigoureuse. Et surtout, librairie plus que fournie !
Arrêtons nous un moment et voyons voir pourquoi ce progrès fulgurant.
Pour moi, Python a pris la place d'un autre langage de script très usité par les sysadmins, les développeurs Web et surtout par le monde scientifique. Il s'agit de Perl.
Perl dans sa version 5 était dans les années 90 et 2000, le langage de script par excellence et cochait toutes les cases qu'occupent aujourd'hui Python.
Alors, pourquoi Perl a cédé sa place? A cause de l'effet Vaporware de Perl 6. Perl 6 est sans doute bourré de qualités mais son développement a pris du temps, laissant ainsi la place à un langage qui comblait les manques de Perl 5.
Par ailleurs, le passage de Python 2 vers Python 3 a eu le mérite d'avoir été clair. Attention, je ne dis pas que Python 3 est le langage ultime, le lecteur cherchera sur ce forum les interrogations des projets réalisés en Python 2 pour lesquels le passage vers Python 3 a été compliqué.
Je dis juste que cet upgrade Python 3 a été plus limpide que Perl 6 où la communication a été hasardeuse.
Aujourd'hui, Python occupe maintenant la place qu'occupait Perl comme langage d'initiation, du monde des sciences (il est un concurrent plus que sérieux du langage R) et du développement en général.
Quels sont les compétiteurs de Python? Ma foi, je reconnais que je ne suis plus tellement les évolutions. Perl me semble hors jeu maintenant. PHP reste trop cloisonné au Web et R est trop spécialisé. Je laisse aux cofilaires le soin de répondre à cet question.
La vraie question est de savoir si un passage vers Python 4 sera du même tonneau que Perl 6 ou Python 3.

@++
1  0 
Avatar de Supernul
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/02/2021 à 19:47
Python est un langage qui possède de nombreux points forts (écosystème mature, supporté par des acteurs importants de plusieurs secteur, couvre un large spectre de besoins, enseigné à l'université, pour lequel on trouve de nombreux tuto et cours en ligne) mais qui porte le poids des années aussi.

Dans le domaine scientifique, si un langage comme Julia gagne le soutien d'un ou plusieurs acteurs importants, il se pourrait que Python perde un peu de terrain. Mais son implantation actuelle et sa polyvalence lui laisse de beaux jours.
0  0